Pigeon Queue de Paon Indien   2 comments

https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

Comme son nom l’indique, l’origine de ces merveilleux pigeons est l’Inde. La première description remonterait au 9ème siècle.

Photos de mon Pigeon Queue de Paon Indien « Chef Indien » 15 ans.


https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

Les Origines

Selon ARUAMANI SOUCE, Tamul originaire de Pondichéry et spécialiste du sud de l’Inde, on retrouve dans les anciens textes un pigeon appelé  » Anna Pourra « . Ce pigeon servait de messager aux Radjahs et surtout aux princes et princesses qui échangeaient des messages amoureux. On décrit ces pigeons d’un blanc immaculé. Leurs cous courbés évoquaient ceux des cygnes et leurs queues étaient légèrement relevées un peu à la façon des culbutants de Rostov. Ils étaient les ancêtres des queues de paons. L’appellation  » MAÏL POURA  » qui signifie PIGEON PAON apparaît dès le 7°/8° siècle. Les textes décrivent un pigeon avec une queue en éventail, un cou courbé faisant penser à un paon qui pavane. Les sujets huppés étaient préférés aux sujets à têtes lisses à cause de leur ressemblance avec le paon, animal sacré en Inde. On les utilisait surtout comme pigeons d’ornement dans les  » ANDAPOURAMS  » (jardins des cités interdites). Les pigeons paon faisaient partie de la dot des princesses qui épousaient des radjahs au même titre que les pierres précieuses, les chevaux ou les éléphants. C’est assez dire comme cet animal était apprécié

Vers le 10° siècle, dans la ville de TANJORE, on décrit des pigeons paons avec les pattes emplumées ainsi qu’une race nommée  » SINGA POURA  » (pigeon lion) qui pourrait-être l’ancêtre du capucin hollandais,. Ceci est confirmé par les hollandais eux mêmes qui reconnaissent l’avoir importé des Indes vers le 15° siècle.

Ces pigeons sont probablement originaires du nord de l’Inde car dès le 9°siècle on les décrit dans des récits en sanskrit sur les rives du Gange et dans le Bengale. Les invasions musulmanes du Nord de l’Inde fin 10° début 11° siècle, la création des sultanats, l’abandon de la reconnaissance de ces oiseaux sacrés ont entraîné le déclin des élevages. Par contre, le Sud, épargné par les invasions, a conservé cette tradition et la ville de Tanjore est encore très réputée actuellement pour ses queues de paons, ses indiens et ses capucins.

La Conquête de l’Ouest

Bien qu’originaire de l’inde, le queue de paon indien tel que nous le connaissons aujourd’hui était loin d’avoir fini son périple.

L’affaire remonte à 1927 quand le zoo de San Diego commande des serpents originaires de l’Inde. Ces derniers sont livrés avec des pigeons vivants destinés à les nourrir pendant le voyage.

En 1939, Harvey GATLIN,  » le père de l’indien moderne  » obtient 2 couples. Malheureusement en 43, compte tenu des évènements, il doit se séparer de tous ses pigeons. Après la guerre, sa fascination pour l’indien l’améne à chercher à relancer l’élevage de cette race superbe. Il réussit à obtenir une femelle et en attendant de lui trouver un compagnon, l’accouple avec un TAMBOUR ANGLAIS. Finalement, le mâle indien fut trouvé et le couple donna des jeunes.

Plus tard, Harvey accoupla un mâle blanc avec deux femelles FANTAIL thaïlandaises et finit par trouver la base de l‘indien moderne.

Quelques années après, Tony BRANCATO importe des spécimens des INDES, les croisent avec ceux de GATLIN et crée un blanc  » Type  » qui sera la base du standard américain.

Puis vinrent les frères LUDEN. Stan et Monty furent à l’origine de nombreuses couleurs et marques présentées aujourd’hui, notamment des arlequins et des bleus barrés.

De nombreux éleveurs s’intéressent alors à l’Indien mais le plus représentatif d’entre eux fut sans doute GENE MACHADO. Ses blancs des années 70 auraient pu encore rivaliser avec les meilleurs d’aujourd’hui.

Dans le top ten des éleveurs, il faut citer JOE CEASER de l’ARIZONA. En 98 à San Bernardino pour la Grande expo Nationale, Joe qualifiait 10 de ses pigeons sur les 14 de la Grande parade des champions. Depuis cette date, Joe CEASER reste un des meilleurs, et ceci dans bien des couleurs.

https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

Cap sur l’Europe

De l’autre côté de la Manche, en Angleterre, MAL WATTS, VIC SYLVESTER et KEN SHAW importent de la côte OUEST en 89 plusieurs spécimens, un peu petits mais avec de très beau fantail. A force de travail, la qualité s’améliora nettement, au point que la lignée Arlequin actuelle vient directement de cette époque. C’est Mal WATTS avec une femelle qu’il surnomma  » CALIFORNIA PRINCESS  » qui en est à l’origine ainsi d’ailleurs que les OPALE et QUALMOND.

Plus récemment, RICHARD ZAWIASA importa pour plusieurs membres du BRITISH INDIEN FANTAIL CLUB plusieurs spécimens des USA, de qualité très supérieure à celle existant en Angleterre et avec de nombreuses couleurs, Blanc, Noir, Arlequin, Bleus TAIL MARK et des SADDLE Bleu Poudré.

Ce qui donna, accouplés à la lignée anglaise des bleus, des rouges, des jaunes, des noirs et des arlequins.

En France, c’est au début des années 90 que Jean Louis FRINDEL et Edmond WASTEL importèrent respectivement des USA et du Canada les premiers Indiens modernes. J L FRINDEL encouragé par René JEAN ; à l’époque président du fantail proposera une traduction française du standard américain qui fut adoptée par la commission le 09.11.90.

Voilà donc juste un peu plus de 10 ans que l’Indien a acquis ses lettres de noblesse en France.

Faute de renouvellement, les premières souches ont eu tendance à s’épuiser.

Le Tempérament

L’un des points forts de ce pigeon.

Il est fréquent que les psychologues associent, à juste titre probablement, les traits de caractère propre à une race de chien à ceux de leur maître. Aussi le profil type d’un propriétaire d’épagneul breton est différent de celui d’un caniche, d’un husky ou de celui d’un rootweller. Les tempéraments sont si forts qu’il est impensable qu’une personne âgée, vivant en appartement possède un berger des Pyrénées.

On retrouve pratiquement le même parallèle chez les éleveurs de pigeons. Le comportement naturel d’un arquengel est différent de celui d’un romain, d’un norwwich ou de celui d’un modène. A tel point qu’il est possible d’affirmer que chaque race de pigeon à un tempérament qui lui est propre. On constate aussi que, bien souvent, les motivations profondes et le cadre de vie d’un éleveur de pigeon ont une explication logique dans le fait qu’il ait choisi une race plutôt qu’une autre.

L’habitat a lui aussi une explication logique dans le choix d’une race. On n’imagine pas un couple de swift mis en reproduction dans une cage d’élevage, par contre, un couple de longue face y trouvera largement son compte.

C’est pour ces raisons évidentes qu’il est nécessaire de connaître le tempérament d’une race avant de se lancer tête baissée dans un achat de Pigeons Paons.

Le queue de paon indien a un tempérament gai. C’est un pigeon extrêmement vivant et actif. Il donne l’impression d’avoir toujours quelque chose à faire. Il cherche une brindille, la ramène au nid puis, va voir dans le pot de grit si quelque chose l’intéresse. Ce n’est cependant pas un hyper-actif car il fait tout cela en gardant son allure débonnaire et assurée.

Bien qu’il vous considère parfois comme un rival potentiel (surtout si vous vous intéressez à sa femelle), l’indien a besoin de la présence de l’homme.

En plus d’être familier, il est particulièrement curieux. Vous ne pouvez pas bricoler dans la volière sans qu’il soit là dans vos pieds, sans doute à surveiller si le nouveau perchoir que vous placez est d’aplomb.

Il possède un sens du territoire se limitant pratiquement à sa case. Lorsqu’un étranger se pose malencontreusement chez lui, il manifeste dans un premier temps sa mauvaise humeur en redoublant de roucoulements. Si cela ne suffit pas, il attrape l’intrus par les plumes du cou jusqu’à ce qu’il soit expulsé. Le même type d’accueil est réservé à la main qui vient mirer les œufs. Il pince du bout du bec la peau des doigts jusqu’à ce que son calvaire soit terminé. Les coups d’ailes sont très rares. Il a plutôt tendance à essayer de démontrer sa supériorité en claquant des ailes au-dessus de sa tête afin d’impressionner et d’intimider ses congénères et quelque fois son éleveur.

Bien qu’il ne soit pas un grand styliste du vol, du fait de sa conformité, il aime bien voleter d’un perchoir à l’autre histoire de montrer encore une fois qu’il est là.  » Voleter  » n’est d’ailleurs pas le terme qui convient car le bruit dégagé par le battement de ses ailes est assez impressionnant.

On retiendra surtout de lui qu’il s’agit d’un pigeon équilibré, vivant, intelligent avec une forme de noblesse dans son comportement.

https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

L’Habitat

Vous l’avez compris, du fait de son tempérament, l’indien est un pigeon assez peu exigeant. Toutefois, il sera beaucoup plus à l’aise dans des cases relativement très spacieuses.

Il est préférable d’utiliser pour les indiens des nids en terre cuite relativement profond.

Une litière épaisse et moelleuse en aubiose dans la volière et dans les cases est aussi vivement conseillée. Les plumes aux pattes ne s’en portent que mieux et il vaut mieux.

Les indiens préfèrent les pigeonniers en forme de couloir mais, ils s’acclimatent rapidement à tout. Du moment que chacun à son perchoir ou un pot de terre retourné, tout va bien.

Le sevrage des jeunes se passe généralement très bien à condition d’avoir mis à disposition un petit pot de grains dans la case. On peut les placer dès que l’on bague les jeunes vers l’âge de 8 à 10 jours. Enfin, il faut se méfier des jeunes femelles qui, curieuses comme des pies, ont tendance à descendre un peu trop tôt du nid.

Le queue de paon indien est un excellent pigeon pour les débutants comme pour les éleveurs. Il sait tout faire : reproduire, nourrir et élever ses jeunes. Il est doué d’un caractère extrêmement charmant et attachant… Et surtout très intelligent.

https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

Mon Pigeon Queue de Paon Indien a eu 15 ans !!

Variété : Papillote Noir et blanc

Né: en avril 1996

Prix : Troisième (prix club avicole Briarois en 1997)

Juge officiel S.C.A.F. : Régis Dechambre

Une belle retraite, il vit  dans la maison depuis décembre 2010. Un gros coup de Fatigue !!

Le printemps et son soleil lui redonne l’envie….

Mise a jour le 23 juin 2011.

Photo du réveil de l’indien

https://PigeonPaonIndien#slideshow    diaporama

https://i1.wp.com/i89.servimg.com/u/f89/11/49/01/30/ligne_11.gif

Publicités

Publié 31/10/2009 par Apo dans Pigeons et autres oiseaux à plumette

Tag(s) associé(s) :

2 réponses à “Pigeon Queue de Paon Indien

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Vraiment sublime ! 🙂 bises

  2. j’en ai appris ici !!! Il est beau ton chef indien :un vrai sage
    un père tranquille …..bibises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :